Formations clé-en-main

En direction des acteur.ices de l’animation socio-culturelle

Nous vivons dans une société sexiste. Les statistiques sur les écarts salariaux, le manque de partage dans la gestion des tâches domestiques, les violences conjugales ou encore le harcèlement sexuel au travail montrent bien qu’aujourd’hui encore, en France, l’égalité est loin d’être acquise. Ces discriminations et violences sont le produit d’un mécanisme sexiste, basé sur des stéréotypes encore bien ancrés. On les retrouve dans les livres, les expressions, les films, le langage, les publicités, les jouets, … La lutte anti-sexiste a pour levier premier l’enrayement du processus de conditionnement genré qui enferme les individus dans des injonctions sexuées.

Dans l’animation socioculturelle, les professionnel.les ont de ce fait un rôle pivot. Au contact direct avec les jeunes, et cela dans un cadre de loisirs, ils et elles peuvent agir directement. Encore faut-il que ces professionnel.les soient conscientisé.es, formé.es et aient des espaces réguliers d’analyse de pratiques.

En direction des acteur.ices de la Petite enfance

En 2019, éduquons-nous de la même manière les filles et les garçons ? Avons-nous les mêmes attentes ? Contribuons-nous à développer les mêmes aptitudes via les jouets, la littérature et les encouragements que nous choisissons pour les filles ou les garçons ? Offrons-nous des modèles égalitaires et les filles ont-elles autant de modèles inspirants que les garçons ? Pas encore. Les enfants, dès le plus jeune âge, sont soumis à une socialisation différenciée en fonction de leur sexe. Ils et elles sont encore bel et bien influencé.es dans leurs choix, dans les compétences développées et dans leur propre estime d’elles/eux-mêmes.

En ce sens, les lieux d’accueil Petite enfance sont des espaces fondamentaux pour enrayer ce conditionnement genré. D’une part, parce qu’ils sont de réels lieux de mixité, car tout en se reconnaissant des différences sexuées, les échanges entre les enfants ne sont pas encore marqués par la divergence des rôles sociaux. D’autre part, car ce sont des espaces de potentiel dialogue entre les parents et les professionnel.les. Enfin et surtout, parce qu’intervenir tôt permet d’anticiper et d’agir sur des attitudes précoces potentiellement discriminantes.

En direction des agents de l’État et des agents territoriaux

Le sexisme revêt différents visages : préjugés, harcèlement, discrimination, langue faussement neutre,… Qu’en est-il de nos pratiques professionnelles ? Quels rôles jouons-nous dans ce système ? Comment construire une culture professionnelle plus égalitaire ?
Cette formation permet d’offrir un temps d’échange et de réflexion aux professionnel-le-s pour identifier et questionner les représentations de genre et leurs mécanismes, et penser différemment leurs pratiques.

En direction des instances gouvernantes des coopératives et des ESS

Ce module vise à  sensibiliser et former ces acteur.ices de la coopérative en tenant compte de la spécificité du milieu coopératif (notamment en terme de déni des réalités sexistes, mais aussi de la singularité de certains cadres de travail collectif). La question des rapports sociaux doit être placée au centre, l’enjeu majeur étant de susciter chez les participant.es des prises de conscience du système oppressif ainsi que l’envie de participer à cette transformation sociale et politique. Celle-ci étant indispensable à un fonctionnement coopératif réellement égalitaire et inclusif.

En direction des étudiant.es des secteurs sanitaire et social

Les travailleur.se.s du secteur sanitaire et social sont des acteur.rice.s incontournables dans la lutte contre le sexisme, de par leurs missions-mêmes. Pour exemple, les professionnel.le.s de la petite enfance sont au cœur de ces enjeux, les stéréotypes genrés se véhiculant dès le plus jeune âge via les jouets, les gestes et les parole ; les médiateurs.rice.s familiales interviennent également dans des contextes marqués par une structuration genrée qu’il faudra nécessairement prendre en compte ; autre exemple, les postes d’encadrement impliquent une connaissance de la législation pour l’égalité salariale, mais également des postures à tenir pour éviter l’installation de rapports de pouvoir genrés au sein des équipes.

Dans ce contexte, nous proposons différents modules à destination des étudiant.e.s des secteurs sanitaire et social : 

  • Histoire genrée des pratiques sociales
  • Histoire des droits des femmes et cadre juridique actuel
  • Construire des pratiques professionnelles égalitaires
  • Lutter contre le sexisme dans le milieu étudiant et professionnel

En direction des groupes souhaitant aller plus loin

Prendre conscience du sexisme n’est pas de tout repos ! C’est une déconstruction sans fin de notre conditionnement, c’est une réalité violente qui devient toujours plus visible, mais c’est aussi une posture inconfortable : être constamment en décalage avec le discours dominant. « La féministe de service » est une étiquette rapide à poser, et bien lourde à porter. Que faire de sa colère ? De son sentiment d’impuissance ? De son ras-le-bol d’entendre des propos niant ou déformant les réalités vécues ? De sa difficulté à se sentir légitime pour prendre la parole ? De son isolement ?

Cette formation est construite pour donner un espace collectif de soutien mutuel et d’empowerment : partager nos vécus, nos difficultés et réussites, prendre du recul, s’outiller, et repartir renforcé.e.

 

Publicités