Ateliers Adultes

DSC05518

 

A titre d’exemple, voilà trois ateliers possibles :

 

« Éducation et sexisme : on en parle, on agit ! »

Les garçons rêvent d’être de grands reporters, cosmonautes ou aviateurs pendant que les filles attendent le prince charmant. Cliché ?

Qu’avons-nous intériorisé depuis notre petite enfance ? Que reproduisons-nous dans nos pratiques, et notamment à travers l’éducation de nos propres enfants ? Comment lutter contre un environnement sexiste et hétéronormé ? En partageant nos expériences personnelles, nous pourrons prendre plus conscience des rapports de domination de genre et de nos places dans ce système. En faisant le pari de l’intelligence collective, nous construirons des pistes de résistances.

Parents ou non, on a tous et toutes un rôle à y jouer.

« Sexisme en milieu festif« 

« C’est la fête ! » « On est entre nous ! » Et pourtant… le sexisme s’invite souvent dans les festivals et le harcèlement en milieu festif est bien connu de certain.e.s. Alors quoi, on en parle ?

Cet atelier d’éducation populaire permet de croiser nos expériences et de prendre conscience ensemble des mécanismes de domination et de violences sexistes qui infiltrent sournoisement nos festivals. Il est pensé comme un espace de soutien mutuel et d’empowerment : en faisant le pari de l’intelligence collective, nous pouvons faire émerger ensemble des pistes de résistances.

« Femmes et espace public »

De nombreux.ses chercheur.se.s mettent en évidence le fait que les villes sont jusqu’à présent faites par et pour les hommes. Ils y sont sur-représentés dans les espaces de loisirs, cafés, stades, rues de manière générale, les rues portent en majorité des noms d’hommes ; à l’inverse, les femmes utilisent l’espace public comme un lieu de passage entre les différentes tâches liées à la gestion de leur vie familiale : courses, école, … Sans compter cette forme d’interdit social d’être dans la rue, nourri par le risque réel d’être harcelée et/ou commentée, comme fantasmé d’être agressée (le mythe du violeur dans la rue sombre, alors qu’on sait aujourd’hui que dans 90% des cas la victime connaît son violeur).

Un domaine donc vaste et complexe, brassant des sujets tels que la division sexuelle du travail, l’éducation, les violences sexistes, l’invisibilisation des femmes dans l’Histoire, l’instrumentalisation du corps des femmes, … Et donc un angle d’approche particulièrement riche pour prendre conscience du sexisme ordinaire.

 

 

 

Publicités